Couv_METZ-2021
Quelques considérations sur l’enseignement des sciences naturelles, dans les écoles, au début du XXIe siècle ou Le Plongeur de Pélasge
Frédéric Metz
Dos carré collé 112 pages 13 x 20 cm
ISBN 978-2-919648-31-3
Parution : 16 avril 2021 - disponible
Prix : 10 €

« Était-ce après tout une si raisonnable ou rationnelle idée que de laisser devant des enfants comme on l’a fait depuis plus d’un demi-siècle parler seuls du moineau, du pinson, du grèbe huppé, des biologistes moléculaires ; des généticiens ? Mais une telle proposition est scandaleuse. Elle l’est pour le biologiste, peut-être ; elle l’est pour le pédagogue. (Nous avons essayé de dire pourquoi ; nous avons essayé de nommer ce qui dans l’école et ailleurs, de manière très cohérente et implacable, s’est trouvé “annulé”. Petit troglodyte, salut !) »

 

Ce livre part du constat simple d’une destitution de la perception : partout (dans la science, dans la pédagogie…) (dans les écoles, ailleurs…), on nous dit que pour savoir la vue n’est pas la bienvenue ; qu’elle trompe ; que mieux vaut passer par les détours plus justes (parce qu’aveugles) de la mesure, de la statistique, de la modélisation, de l’appareillage enregis­treur, etc. Bachelard n’a de cesse de répéter que la science ne commence que quand on sait faire abstraction de ce qu’on voit… Le pédagogue, à sa suite, va répétant que voir n’est rien…

Ce petit livre, à rebours, fait un éloge de la vue et de ses puissances (mo­rales, érotiques, politiques, scientifiques, etc.). Il continue – avec les mêmes ou d’autres moyens, sur un autre terrain – ce qu’avait tenté de faire Les Yeux d’Oedipe (inutiles, sauvées), paru en 2011. Il est donc lui aussi « écrit comme pour Lucie de Syracuse, sainte aimée de Dante et protectrice de la Vue ».

Josse Lieferinxe_Sainte Lucie, au revers de la Visitation. 1500 - CopieJosse LIEFERINXE, Yeux de Lucie (Louvre)

 

 

[Tapisserie des programmes d’enseignement des sciences naturelles, en France, au début du XXIe siècle.] Voir [ici]