Archive pour Non classé – Page 2

Présentation de « Disgrâce couronnée d’épines » par Catherine Coquio le mardi 2 avril à la librairie polonaise (123, Bd Saint Germain, 75006 Paris).

Palabres centre-européennes. Panorama des livres sur l’Europe centrale. Mardi 2 avril 2019 à 19h30 à la librairie polonaise (123, Bd Saint Germain 75006 Paris). Tous les deux mois, auteurs, traducteurs et éditeurs présentent l’actualité éditoriale de l’Europe centrale (Allemagne, Autriche, Hongrie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, etc.) récemment parue en français. Pavel Vilikovský, L’Autobiographie du […]

Lire la suite →

Présentation de « Disgrâce couronnée d’épines » le jeudi 14 mars 2019 à l’Inalco (Institut national des langues et civilisations orientales).

Table ronde, discussion avec la participation de Catherine Coquio, professeure de littérature comparée à Paris-Diderot, et Piotr Biłos, maître de conférences à l’Inalco, Paris. Le 14 mars à partir de 18h30 à l’Amphi 4, au Pôle des langues et civilisations, 65 rue de Grands Moulins 75013 Paris. http://www.inalco.fr/sites/default/files/asset/document/affiche_table_ronde_14-03_4_0.pdf

Lire la suite →

Adorno, Golberg : deux noms pour le passage de Pontcerq à Texture le vendredi 8 mars.

Rencontre à la librairie Texture (94, avenue Jean Jaurès 75019 Paris) autour des derniers livres de Pontcerq :   OU EN SOMMES-NOUS AVEC LA THEORIE ESTHETIQUE D’ADORNO ? (sous la direction de Florent Perrier et Christophe David, qui sera présent) ET DISGRACE COURONNEE D’EPINES : JOURNAL D’UN HOMME QUI MEURT, DE MECISLAS GOLBERG (textes présentés […]

Lire la suite →

Rencontre avec Catherine Coquio le mardi 5 février 2019 à 19 heures à la librairie Michèle Ignazi (Paris).

Rencontre avec Catherine Coquio à l’occasion de la parution de Disgrâce couronnée d’épines le mardi 5 février 2019 à 19 heures à la librairie Michèle Ignazi. Adresse : 17, rue de Jouy – 75004 Paris. Métro : Saint-Paul ou Pont-Marie.  Tel : 01.42.71.17.00

Lire la suite →

Lettre d’information Pontcerq du samedi 8 décembre 2018. (L’ Adjonction des capacités)

« Bouvard, pour en finir, alla chercher le fond d’une bouteille. Le vagabond l’absorba gloutonnement ; puis disparut dans les avoines, en gesticulant. Ensuite on blâma M. Bouvard. De telles complaisances favorisaient le désordre. Mais Bouvard irrité par l’insuccès de son jardin prit la défense du peuple ; – tous parlèrent à la fois.  Foureau exaltait le gouvernement. […]

Lire la suite →